As salamaleykoum wa rahmatullah wa barakatuh,

Je m’appelle Emilie Antoine, je suis française, vosgienne, convertie à l’Islam depuis une dizaine d’années al hamdoulillah.

 couverture-facebook

 

  • Quel est ton parcours personnel et professionnel ? Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Je me souviens qu’en 4°, j’avais annoncé à ma prof de français : «  je vais faire un bac littéraire et ensuite j’irai en fac de psycho pour être psychologue ». J’étais déterminée, je me passionnais déjà pour le sens de la vie, ce qui a mené à ma conversion plus tard et au mode de fonctionnement humain, ce qui m’a poussé vers ces études. Je lisais beaucoup, entre théologie, psychologie et  philosophie.

Très jeune, j’ai commencé par travailler avec les enfants en tant qu’animatrice vers l’âge de 14-15 ans, d’abord sans diplôme et ensuite j’ai passé le BAFA à 17 ans, l’année du Bac. Ensuite je suis partie en Fac à Nancy, j’ai fait des petits boulots étudiants : entre restos rapides, colos et centres aérés. Quand je suis « montée » dans les études, j’ai commencé à enseigner à domicile et à faire du soutien scolaire, ce qui a été très formateur. Parallèlement, comme j’étais assez sportive j’ai passé le diplôme de Nageur Secouriste et de Sauveteur en Equipe. Du coup tout en continuant mes études, j’enseignais à domicile, j’intervenais dans les écoles primaires et j’étais animatrice sportive et sauveteur en piscine. En master, j’ai eu l’opportunité de travailler avec une coach, de même que j’ai commencé à me prendre d’intérêt pour la recherche en Psychologie sociale de processus cognitifs autrement dit psychologie de la connaissance avec une approche sociale. Ensuite, j’ai eu mon master et mon expérience en tant que »vrai » psychologue en entreprise, en structure de recrutement et en libérale à domicile. Lorsque je faisais de la recherche j’enseignais en même temps à l’Université la psychologie sociale, la communication et l’analyse du discours.

 

  • Tu es psychologue en ligne, pourquoi ce mode de fonctionnement ?

Pour répondre à une demande. Je me rendais compte que beaucoup de femmes avaient des contraintes professionnelles et familiales qui les empêchaient de se libérer physiquement pour se rendre à un cabinet et je me devais de faire évoluer ma conception basique de l’accompagnement psychologique pour « solutionner » cela. Il est vrai que 90% de mon activité se fait « en ligne » mais je reçois également et me déplace sur la Lorraine.

 

  • Peux-tu nous parler de tes différents domaines de compétences ? Tes spécialités ?

Jusqu’en master 1 mon cursus et mes intérêts étaient assez axés sur la psychologie du développement et la clinique. A un moment donnée, je me suis dit que je ne voulais pas seulement comprendre/contribuer les/aux personnes porteuses d’une pathologie mais que je voulais aussi pouvoir apporter une plus value à des « personnes normales », je suis donc partie fouiller en psychologie sociale, dans le coaching, en psychologie du travail, en psychologie cognitive pour me focaliser en recherche sur une approche sociale des processus cognitifs.

 

  • A qui s’adresse ton activité ?

Aux femmes, aux adolescentes et aux enfants, je dirai à toutes les personnes désireuses  d’aller mieux, d’aller bien ou encore qui souhaitent optimiser leur manière de penser, de vivre, de ressentir, de réagir, de se comporter et tutti quanti 😉

 

  • Travailles-tu seule ou en équipe ?

Je travaille seule mais je n’hésite pas à solliciter d’autres compétences lorsqu’il le faut.

 

  • Décris-nous une de tes journées types

Je répartis mes journées entre mes obligations personnelles, familiales, amicales, « communautaires », et professionnelles. Une journée type s’articule entre consultations bien sûr, tâches administratives (communication, classement, prise de rdv, etc.), vie personnelle, vie sociale, vie spirituelle, vie sportive et la sieste lol. J’essaie de me tenir à cela tout en étant assez souple dans mon planning.

 

  • Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton métier ? Et ce qui te plaît le moins ?

Ce qui me plait le plus c’est d’être intéressée par chaque nouvelle personne qui se présente à moi, Allah m’a faite ainsi al hamdoulillah. J’aime être active dans mon travail dans le sens où j’ai l’impression de « mener l’enquête » avec mes patientes. L’enquête préalable à leur propre quête de sens ! Il n’est pas un seul jour sans que je ne me passionne pour ce que je fais al hamdoulillah.

Ce qui me plait le moins c’est tout le côté administratif, la facturation et tout ce qui est logistique. Je rêve d’avoir une assistante !

 

  • En quoi penses-tu pouvoir être utile à la Oumma ?

Je ne me prévaux de rien, je fais de mon mieux pour soulager les cœurs, pour « optimiser » les têtes et œuvrer à une meilleure entente entre les gens. Qu’Allah me pardonne mes erreurs et mes manquements.

 

  • Quelles sont les valeurs que tu souhaites diffuser à travers ton  activité ?

La bienveillance, la tolérance, le respect… L’unicité d’Allah, si je puis considérer cela comme une « valeur » tant il est vrai que c’est ce qui doit imbiber notre souffle et notre manière de penser.

 

  • Inclues-tu l’Islam dans ta pratique professionnelle ? Si oui de quelle manière ?

Oui. Dans la forme lorsque je travaille avec des musulmanes, je débute par les formules de politesses islamiques, la basmala et en fin de rdv je clôture autant que faire se peut par l’invocation qui permet d’expier le verbiage. Dans le fond, j’invite le plus possible et en fonction des profils à l’obligatoire comme les prières en leurs heures et aux actes surérogatoires comme le qiyam al layl par ex. Mais surtout j’essaie toujours de proposer aux personnes de penser avec le Tawhid, c’est à dire qu’avec mes patientes musulmanes, je tente toujours, avec la permission d’Allah, de remettre le Tawhid dans le quotidien. C’est un excellemment moyen de résilience et d’optimisation de la pensée soubhanAllah !

 

  • Quels obstacles as-tu rencontré ? Et comment les as-tu surmonté ?

C’est indéniable, la visibilité de ma religiosité m’a fermé des portes. J’ai surmonté cela en acceptant le décret d’Allah, en patientant et en œuvrant pour « faire ma sauce » et al hamdoulillah, Allah m’a facilité et je comprends maintenant la sagesse de ces « obstacles ».

 

  • Quels sont tes projets ? Tes ambitions ?

J’ai des projets scripturaires. Mes ambitions sont simplement de faire mon travail de mieux en mieux.

 

  • Quelle est ta source d’inspiration ? Qu’est-ce qui te motive au quotidien ?

Je vais faire une réponse plutôt bateau mais la recherche de l’excellence pour satisfaire mon Seigneur et obtenir Son pardon est ma principale source de motivation au quotidien. J’essaie de calquer ma réflexion sur celles des pieux prédécesseurs, je suis également à l’affut des personnes qui excellent afin de « modéliser » et de « copier » leurs comportements.

 

  • Si tu avais un conseil (ou plusieurs conseils) à donner aux femmes musulmanes françaises, qu’aimerais-tu leur dire ?

Je leur dirai qu’elles n’ont rien à envier à la « vague dominante sociétale », je leur dirai de concevoir, de réfléchir, de penser, de percuter comme des musulmanes, d’en être fière et de l’assumer, Allah Akbar !

 

  • Un petit mot pour les lectrices d’Avenue des Sœurs ? 

Soyez vraies, assumez-vous, remettez-vous en question de manière productive, faites les causes et remettez vous en à Allah car c’est de LUI que provient la bonne issue, qu’Allah vous accorde le meilleur, je vous aime en Allah.

 

Pour contacter Emilie Antoine :

Mail : contact@psyenlignechezmoi.fr

Tél : 07 81 11 64 11

Facebook :  Emilie Antoine Mapsyenlignechezmoi