« Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dans des tours imprenables. (…) » (sourate 4, verset 78)

 

Au nom d’Allah, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux

J’atteste qu’il n’y a de de divinité méritant l’adoration qu’Allah, Seul et sans associé, et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et messager.

 

La mort, une certitude

Si nul n’est en mesure de connaître le futur ou de maîtriser l’avenir, il est une certitude commune à tous : la mort. Qu’elle soit crainte ou désirée, appréhendée ou oubliée, elle marque la fin du passage sur terre de chaque individu et nul n’en possède la science si ce n’est Le Créateur Suprême : « La connaissance de l’Heure est auprès de Dieu ; et c’est Lui qui fait tomber la pluie salvatrice ; et Il sait ce qu’il y a dans les matrices. Et personne ne sait ce qu’il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle terre il mourra. Certes Dieu est Omniscient et Parfaitement Connaisseur. » (sourate 31, verset 34) Riche, pauvre, enfant, adulte… par une sagesse divine qui échappe au commun des mortels, la mort touche tout le monde et à n’importe quel moment. Comme est fou celui qui vit en oubliant son état éphémère ! Et toute la science du monde ne saurait rendre l’être humain immortel. La mort a ceci de fascinant qu’elle frappe souvent de manière inattendue. Qu’on souhaite l’avancer ou le reculer, chacun de nous possède son terme défini auprès d’Allah. Et une fois parti, il n’y a plus de retour en arrière possible.

Aux yeux du croyant, la mort ne marque que la fin de la vie terrestre et représente plutôt le début de la vie éternelle. « Toute âme goûtera la mort. Mais c’est seulement au Jour de la Résurrection que vous recevrez votre entière rétribution. Quiconque donc est écarté du Feu et introduit au Paradis, a certes réussi. Et la vie présente n’est qu’un objet de jouissance trompeuse. » (sourate 3, verset 185)

Et si cette vie a le pouvoir de nous faire oublier la vie future, la mort est bien le meilleur des rappels : « Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dans des tours imprenables. (…) » (sourate 4, verset 78)

 

mort islam

 

Le musulman face à la mort

Alors que pour beaucoup la mort est un sujet tabou auquel on ne veut même pas penser, pour des millions d’autres personnes elle est le passage d’une vie à l’autre, d’un état à l’autre. Quand certaines cultures se lamentent sur l’être perdu et que d’autres fêtent le défunt, l’islam, dans un juste milieu, accorde au proche décédé une sépulture décente, une prière et chacun en profite pour se remettre en question. En effet, lorsqu’une personne est mise en terre son âme est interrogée et sa tombe devient alors lieu de repos ou lieu de tourmente. Ceci car la mort n’est que le premier passage vers l’au-delà et le commencement de la vraie vie. C’est la raison pour laquelle il est primordial que chaque croyant entretienne une pensée constante de la brièveté de son passage sur terre. Qui parmi nous voudrait être surpris par l’ange de la mort sans y être préparé ? Personne ne souhaite partir en laissant derrière lui des dettes et des affaires non réglées, personne ne souhaite partir sans avoir rempli sa balance de bonnes actions ! Qu’Allah nous en préserve ! « Dis : «La mort que vous fuyez va certes vous rencontrer. Ensuite vous serez ramenés à Celui qui connaît parfaitement le monde Invisible et le monde visible et qui vous informera alors de ce que vous faisiez. » » (sourate 62, verset 8)

Le musulman ne doit pas redouter la mort car il doit s’y préparer. Conscient qu’elle est une fatalité sur laquelle il n’a aucune prise, il doit en faire une alliée.

 

Se préparer à la mort

Il nous a été rapporté ces paroles du Messager, sur lui la prière et les bénédictions : « Vos cœurs deviennent rouillés comme le fer touché par l’eau. » On lui demanda comment les nettoyer, il répondit : « En se rappelant souvent de la mort et en récitant souvent le Coran. » (rapporté par Tirmidhi) En effet, en se rappelant constamment de ce qui l’attend, le musulman acquière ainsi une conscience de la fin qui l’amène à redouter le péché et l’ingratitude. Ce n’est qu’en souhaitant une bonne fin que le croyant met tout en œuvre pour y parvenir. Quel autre moyen d’espérer la récompense du Paradis et le repos de l’âme qu’en multipliant les bonnes actions durant le temps qui nous est imparti ici-bas ? La mort qui attend chacun d’entre nous marque la séparation entre les actions et leur rétribution, la préparation et le résultat final, la demeure éternelle. « Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver (et de savoir) qui de vous est le meilleur en œuvre. (…) » (sourate 57, verset 2)

Il est impératif pour chaque musulman d’éveiller sa conscience et d’éduquer son âme à l’obéissance et au bon comportement ; il est primordial d’employer chaque instant à œuvrer dans le bien afin de ne pas regretter le temps passé ici-bas, car il ne reviendra plus. Méditons sur les versets relatifs à l’au-delà et observons quel était le comportement de ceux qui nous ont précédé dans la foi. Car celui qui adopte cette habitude ne regardera pas ce qu’il possède mais plutôt ce qu’il est. Car rien n’est voué à durer, ni les plaisirs, ni les malheurs ; seules nous suivront nos œuvres.  Terminons ce très bref rappel sur cet exemple : L’un de nos pieux prédécesseurs a voulu faire le rappel à un homme, il l’amena donc au cimetière et lui dit : « Ô toi ! Vois-tu cela ? Que souhaiterais-tu faire si tu étais à leur place ? » L’homme répondit : « Je souhaiterais revenir à ce monde une deuxième fois pour faire les bonnes actions que je ne faisais pas » Il dit alors : “Ô toi ! Tu es maintenant dans le temps que tu souhaiterais ! »

 

 

Par la grâce d’Allah, nous avons survécu un jour de plus, mais qui sait si nous serons encore de ce bas-monde demain ? Par Allah, il n’existe pas de meilleur rappel que la mort. Il est évident que c’est un sujet douloureux, que chacun d’entre nous a sans aucun doute une expérience douloureuse qui y est liée ; il est désagréable d’en parler, désagréable d’y penser. Pourtant, elle est la seule certitude que chacun possède, croyant ou non. Elle mettra une fin à notre existence et si ce n’est aujourd’hui, demain.

Que chacun d’entre nous médite sur sa personne et sur la vie qu’il mène, qu’Allah nous accorde à tous une belle part ici-bas et une belle part dans l’au-delà ; qu’Il nous accorde une belle fin !

 

Fraternellement.