minimalisme

Le minimalisme, désencombrer sa vie pour se recentrer sur l’essentiel

Le minimalisme ! Tiens, tiens ! En voilà un concept dont on entend de plus en plus parler et dont l’engouement ne semble pas prendre une ride. Si pour certains il s’agit de désencombrer son intérieur, ou encore se contenter du minimum pour vivre, le minimalisme semble être un mode de vie beaucoup plus global qu’on ne le pense. Définition, conseils et points communs avec notre religion, zoom sur un phénomène de mode qui change la vie du tout au tout !

Le minimalisme : what’s that ?

On entend par minimalisme une philosophie, un mode de vie, qui consisterait  à se contenter du minimum pour vivre. Le rythme effréné de notre quotidien est tel que nous passons à côté de beaucoup de choses ; lesquelles sont les plus importantes dans notre vie à savoir notre famille, notre propre personne, nos hobbys, ce qui nous anime!  Sans cesse stimulés, absorbés, avalés même par cette course aux richesses à laquelle  la société de consommation nous appelle, nous avons tendance à considérer primordial ce qui est secondaire et vice et versa. Stressés, épuisés, débordés,  irritables, au bout du rouleau, notre vie devient ingérable ; nous qui la rêvons si paisible.  Le minimalisme serait donc une sorte de remède, de discipline, de règles de vie à appliquer dans sa vie afin de trouver la sérénité et le repos que nous recherchons toutes et tous.

Se simplifier la vie

Se débarrasser du superflu, se recentrer et se concentrer vers l’essentiel, c’est ainsi que l’on pourrait résumer le minimalisme.  Se simplifier la vie c’est se débarrasser de tout ce qui nous encombre physiquement et mentalement. Faire le grand ménage chez soi est un des meilleurs moyens pour se sentir mieux.

Je désencombre tu désencombres, nous désencombrons

En tant que femme, avec ou sans emploi, le ménage est sans doute la tâche qui nous prend le plus de temps. Salon, chambres, cuisine, couloir, c’est interminable ^^ ! Surtout lorsque nos gentilles têtes blondes passent après le grand rangement ! Le grand désencombrement c’est maintenant !

  • On commence par le salon : exit bibelots et décoration futile. Faire les poussières est une corvée dont on aimerait bien se passer !
  • Les chambres :   je trie les armoires des enfants et la mienne une à une en enlevant tout ce qui est petit, abîmé. Je garde uniquement les vêtements que je suis sûre de mettre et de leur mettre. C’est l’occasion d’y voir plus clair !
  • La cuisine : fini les collections de service à café, de ces 36000 assiettes dans lesquelles on ne boit jamais ou ces 10000 verres encore emballés 🙂 . Je ne garde que ce que j’utilise et ce que je suis sûre de devoir utiliser. Mon plan de travail doit être vide. Ma cuisine est légère, il n’y a que ce dont j’ai besoin et je me sers.
  • La salle de bains : j’ouvre grand le sac poubelle et je jette tous les produits périmés, les produits entamés que je ne terminerai jamais ^^. Hey, je vois enfin clair !

Faites de même avec toutes les pièces de la maison : NE GARDEZ QUE L’ESSENTIEL !

SIMPLIFIEZ-VOUS LA VIE ! Sachez que le désordre apporte du stress au stress, de la fatigue morale et physique. Apprenez à vous passer des choses futiles en ne gardant que celles qui vous sont utiles.

Je fais un tri dans mon entourage

On a toutes dans son entourage des personnes toxiques, qui ne nous apportent rien si ce n’est des soucis aux soucis. Des coups de fil interminables, avec des histoires invraisemblables, ou simplement des personnes qui vous nuisent plus qu’elles ne vous sont bénéfiques. Nous ne parlons pas de l’aspect matériel ici. Une relation est saine lorsqu’elle profite aux deux protagonistes, qu’il y a un échange intéressant. Alors, faites le tri autour de vous et éloignez-vous des personnes qui ne vous profitent en rien, ni ici bas, ni dans l’au-delà. (On parle bien évidemment  ici des amies et non pas des personnes avec qui l’on ne doit pas rompre les liens de parenté) .

Qui suis-je ?

Vivre l’instant présent, arrêter de penser inutilement, penser à soi, et rien qu’à soi. Petit à petit, en faisant un grand tri, l’étau se resserre sur notre personnalité, sur ce que nous sommes, sur ce que nous voulons. Une fois chaque chose à sa place, monde réel, monde digital, amis, faux-amis, objet intéressant, objet obsolète, ce que je veux, ce que je ne veux pas, on comprend mieux qui l’on est. Et plus l’on va aller dans ce sens, plus l’on va méditer et prendre plaisir à se retrouver avec soi-même. Et qu’il est bon de savoir ce que l’on veut réellement. L’âme est peu à peu apprivoisée, éduquée, on se sent en paix avec nous-même.

Le monde digital et moi

Personne ne peut le nier, le monde digital fait partie intégrante de notre vie. Les smartphones, les tablettes, les PC, nous sommes sans cesse connectés, à tord ou à raison.  A côté de cette vie réelle que l’on vit, il y a ces outils que l’on utilise quotidiennement pour X ou Y raisons : recettes de cuisine, vidéos en tous genres, courriels, ou encore les applications pour communiquer avec ses proches. Il y a aussi les réseaux sociaux qui,  pour beaucoup sont une seconde famille, si bien qu’ils y passent le plus clair de leur temps, bien plus qu’il n’en faudrait, et bien plus qu’avec leur propre famille. Le monde digital, même si nombreux s’accordent à dire que nul ne peut vivre sans, a ses limites. Des limites que nous devons fixer afin de ne pas être happés par ces outils pouvant très vite être destructeurs.

Je me déconnecte pour me reconnecter avec moi-même

Les frontières, les marques que le mode de vie minimaliste va poser sont celles qui vont tendre à établir un véritable équilibre entre cette vie que l’on vit “réellement” et celle du monde “virtuel”. Quelques exemples de petits règles que l’on peut se donner :

  • J’évalue le temps que je passe en moyenne sur mon tél ou sur mon pc et j’essaie de le réduire au maximum,
  • Je ne consulte mes mails qu’après avoir pris mon petit-déjeuner ou après que les enfants soient allés à l’école,
  • Jamais de téléphone portable ou de tablette ou de pc lors des repas en famille,
  • Je quitte les réseaux sociaux une fois les enfants au lit pour profiter d’un moment en tête à tête avec monsieur, ou pour lire ou me reconnecter avec moi-même, …
  • Je fais un tri régulier dans mes contacts et dans les comptes que l’on suit inutilement,
  • Pourquoi pas, laisser ce monde digital de côté un jour par semaine (courageux n’est-ce pas ? ^^) .

 

Si vous rêvez de vous prélasser sur votre canapé en rentrant du boulot ou une fois que les enfants dorment, c’est tout à fait possible avec une maison bien rangée, épurée de tout objet désuet. Votre esprit se concentre sur l’instant présent, et non sur telle ou telle pièce à ranger.  Et vous les filles, minimalisme or not minimalisme ? Pour celles qui ont sauté le pas, qu’est-ce que cela a apporté à votre vie ? Et celles qui sont réticentes, why not ?

A propos de l'auteur
Rédac Soeur
Amoureuse des mots, de la poésie, des vers, de la prose et plus récemment du parfum, la rédaction est ma seconde peau, je rédige de bon matin^^.

8 Commentaires

  1. Salam,

    Voilà un article bien écrit.

    Je ne savais pas ce qu’était le minimalisme et maintenant je le comprend mieux. C’est finalement un bon mode de vie. Personnellement, j’aime quand tout est bien rangé mais il me reste encore pas mal de choses dont je dois vraiment me débarrasser. J’ai des amies que je n’ai pas vu depuis des années donc je ne communique jamais avec les autres. Et niveau digital je n’ai qu’un PC pour m’assurer du minimum: mes mails et mes articles. Je ne suis pas sur les réseaux sociaux donc je n’ai pas de famille virtuelle, mais que la mienne qui est réelle. J’ai l’impression d’être isolée et de m’ennuyer mais finalement j’ai tout le temps pour faire mes activités à la maison et dehors.

    Merci de nous avoir donné la définition c’est très enrichissant.

  2. Cette philosophie est en symbiose avec notre fitra. En réalité si on se questionne un instant, comment était la maison de notre noble Prophète alayhi salât wa Salam? Il n’y avait que peu de choses. L’encombrement c’est une invitation de shaytan dans notre maison. Car alors que nous sommes épuisées, parfois attristés , surmenées, il est aisé pour lui de prendre le dessus sur nos idées et nous rendre pessimistes. Le désordre et le trop plein peuvent contribuer aux conflits dans le couple, en famille avec les enfants. La mauvaise humeur peut nous rendre injuste, négative et nous affecter psychologiquement et cela peut prendre des proportions graves. Notre temps précieux est mangé car tout ce temps accaparé à chasser ce désordre, à astiquer est du temps qui n’est pas consacré à la lecture du Noble Quran et de l’apprentissage de la science qui est une lumière pour notre coeur. Internet ne devrai être utilisé que pour l’apprentissage de la science et pour entretenir le lien fraternel “sans abus et débordement ” et Allah عazzawajal est plus Savant.

  3. salamalaykm le rêve… ça serait bien si j’arrive à le devenir… je suis du genre a stocker. et là j’aime pas du tout mon chez moi… Jai besoin de changements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *