dire-la-verite-ou-se-taire

Dire la vérité ou se taire

Au nom d’Allah, Le Tout-Miséricordieux, Le Très-Miséricordieux,

J’atteste qu’il n’y a de divinité qui ne mérite l’adoration qu’Allah, Seul et sans associé, et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et messager.

« Celui qui croit au Jour dernier, qu’il dise du bien ou qu’il garde le silence. » Cette phrase, attribuée au dernier des messagers, sur lui la prière et la paix, est très connue, peut-être même au-delà des frontières de la communauté musulmane. En effet, celui qui craint d’être jugé pour ses actes, craint également d’être jugé pour ses paroles.

Le musulman devrait d’ailleurs particulièrement se montrer prudent quant à ce qu’il dit et affirme, puisque le Messager enseigna également que : « En vérité, le serviteur peut, sans y prendre garde, prononcer une parole qui le fera tomber en Enfer et l’y précipiter sur une distance supérieure à celle qui sépare l’Orient de l’Occident. » (Bukhari et Muslim)

Allah, gloire à Lui, nous informe dans la sourate Qaf (50) au verset 18 que : { L’homme ne prononce pas une parole sans avoir auprès de lui un observateur prêt à l’inscrire. }

 

vétité

 

 

Or, parmi les péchés de la langue, se trouve le mensonge. Pire, parmi les 70 péchés majeurs se trouvent le mensonge et le faux témoignage !

Abû Bakr le véridique, que Dieu soit satisfait de lui, rapporte ces propos de l’Envoyé d’Allah, sur lui la prière et la paix : « Voulez-vous que je vous dise quel est le plus grand péché ? » Nous dîmes : « Nous voulons bien ô Messager d’Allah ! » Il dit : « Le fait d’associer quoi que ce soit à Allah. Le manque de piété filiale… », il était appuyé sur quelque chose et il se redressa pour dire : « et surtout de pratiquer les paroles de mensonge et le faux témoignage. » Il ne cessa de le répéter au point que nous dîmes : « Il aurait été préférable qu’il gardât le silence. » (unanimement reconnu authentique)

Un autre hadith authentique nous est ainsi rapporté : « La sincérité mène à l’obéissance à Allah et à la bienfaisance. L’obéissance à Allah et la bienfaisance mènent au Paradis. L’homme ne cesse pas de dire la vérité jusqu’à ce qu’il soit inscrit auprès d’Allah comme absolument véridique. Le mensonge mène à la rébellion à Allah. La rébellion mène à l’enfer. L’homme ne cesse pas de mentir jusqu’à ce qu’il soit inscrit auprès d’Allah comme un grand menteur. »

 

Allah, qu’Il soit exalté !, a maudit les menteurs dans Son Livre saint, { Maudits soient les menteurs, qui sont plongés dans l’insouciance. } (sourate 51, versets 10-11), et Son messager, sur lui la prière et la paix, a largement mis en garde sa communauté contre le mensonge sous toutes les formes qu’il peut prendre.

La responsabilité du croyant quant à ses paroles est immense !

{ (…)Abstenez-vous de la souillure des idoles et abstenez-vous des paroles mensongères. } (sourate 22, verset 30) Le mensonge est ici cité immédiatement derrière le polythéisme, qui est, ainsi que nous le savons, le seul péché qu’Allah ne pardonne pas (si l’on meurt sans s’en être repenti, qu’Allah nous en préserve.), comment ainsi nier sa gravité ?

{ A ceux qui te contredisent à son propos, maintenant que tu en es bien informé, tu n’as qu’à dire : « Venez, appelons nos fils et les vôtres, nos femmes et les vôtres, nos propres personnes et les vôtres, puis proférons exécration réciproque en appelant la malédiction d’Allah sur les menteurs. » } (sourate 3, verset 61)

 

L’islam étant une religion permettant à l’Homme de vivre en harmonie avec sa saine nature et avec son entourage, il est logique donc de condamner fermement le mensonge, lorsqu’on sait jusqu’où il peut mener. Combien de personnes, combien de familles, combien d’entreprises furent menées à leur perte à cause d’un mensonge, d’une tromperie, parfois « sans importance » ? Qui se souvient de cet atroce fait divers, datant d’il y a quelques années : Un homme, marié et père de famille, avait trompé tout son entourage en se faisant passer pour un brillant docteur, alors qu’il n’avait même jamais terminé ses études de médecine. Acculé par des années de trahison, il finit par craquer et tua toute sa famille.1

Evidemment, l’exemple est extrême, mais il illustre pourtant bien la grave tournure que peut prendre une parole contraire à la vérité et la perte de maîtrise qui peut en résulter.

Mentir, même lorsque les conséquences nous paraissent minimes, n’est jamais anodin. La science de l’inconnu et l’avenir appartiennent à Allah, tout comme notre destination finale. Est-ce que les conséquences d’un mot, vrai ou faux, dans la vie future ne sont pas bien, ô combien, plus importantes que les conséquences ici-bas ? La vérité, même amère, est toujours la solution, quelles que soient les circonstances.

{ Ô vous qui croyez ! Craignez Dieu et soyez avec les véridiques. } (sourate 9, verset 119) D’après l’exégèse de Ibn Kathir, ce verset signifie qu’être véridique et adhérer à la vérité équivaut à se protéger des calamités, et que ce trait de caractère permet de facilement trouver une issue favorable aux problèmes rencontrés.

 

Si le mensonge est un péché d’une extrême gravité, son caractère reste répréhensible même s’il est utilisé pour provoquer le rire ou le choc.

En effet, le Prophète, sur lui la prière et la paix, mit ainsi en garde ses compagnons : « Malheur à celui qui parle aux gens et qui ment pour les faire rire, malheur à lui, malheur à lui ! » (rapporté par Ahmad) Il les informa également que le mensonge n’est valable ni sérieusement ni en plaisantant et informa que : « Certes il m’arrive de plaisanter, mais je ne dis que la vérité. » (at Tabarani)

Quant au « petit mensonge sans conséquences » utilisé par beaucoup pour faire venir les enfants, il est également parole mensongère, et ses conséquences peuvent êtres très graves :

Abdallah ibn ‘Amr, que Dieu l’agrée, rapporte ceci : « Un jour ma mère m’a appelé pendant que l’Envoyé de Dieu se trouvait dans notre maison, et m’a dit : « Viens, je vais te donner quelque chose. » Le Prophète, sur lui la prière et la paix, lui a alors demandé : « Qu’as-tu voulu lui donner ? » Elle répondit : « Je voulais lui donner des dattes. » Il lui dit : « Si tu ne lui avais rien donné, ta parole serait inscrite contre toi comme un mensonge. » (rapporté par Abu Dawud)

De même, le Prophète, sur lui la prière et la paix, rapporta : « Celui qui dit à un enfant, « Viens, tiens. » puis ne lui donne rien aura commis un mensonge. » (rapporté par Ahmad)

 

Le croyant qui veut préserver sa religion, espérer un haut rang auprès de son Seigneur et se tenir à l’abri des épreuves d’ici-bas et de l’au-delà, se doit de s’en tenir strictement et fermement à la vérité et surtout de mesurer l’impact de chacune de ses paroles. Il est de notre devoir de nous montrer sincères et véridiques en toutes circonstances et de nous souvenir que chaque parole prononcée sera inscrite, pour ou contre nous…

N’oublions pas non plus que la multiplication du mensonge et de la calomnie est un signe de la fin des temps ; implorons ainsi Allah, L’Unique, Le Véridique, Gardien de la vérité, de nous maintenir attachés à la vérité quel qu’en soit le prix à payer.

 

Je vous laisse sur l’un de Ses versets, paroles de vérité absolue :

{ Et ne vous approchez des biens de l’orphelin que de la plus belle manière, jusqu’à ce qu’il ait atteint sa majorité. Et donnez la juste mesure et le bon poids, en toute justice. Nous n’imposons à une âme que selon sa capacité. Et quand vous parlez, soyez équitables même s’il s’agit d’un proche parent. Et remplissez votre engagement envers Allah. Voilà ce qu’Il vous enjoint. Peut-être vous rappellerez-vous. } (sourate 6, verset 152)

 

Avec affection et sincérité, je l’espère, votre sœur fiLlah

A propos de l'auteur
Ilham
As salamou alaykoum ! Je suis Ilham, fondatrice d'Avenue des Sœurs, passionnée par tout ce qui concerne ma oumma et animée par l'envie de voir mes sœurs fillah s'épanouir tant dans leurs activités quotidiennes que dans leur foi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *